imagealaune-pourdeslunettes

Pour des lunettes…

Nous sommes en 1917, au coeur de la première guerre mondiale, le journal Le Midi socialiste (numéro du mercredi 25 avril 1917) publie une histoire relatant la quête de lunettes d’un soldat.
En bref, le soldat ne voyant pas à quatre pas devant lui, va voir le médecin de sa réserve sanitaire pour avoir des lunettes. A priori, rien de plus simple. Pourtant, les procédures administratives, les mutations et une armée grippe-sous font qu’un an après il n’a toujours pas de lunettes. Mais ce que l’armée ne saura pas, c’est qu’en faisant traîner la livraison de ces lunettes, elle sauva la vie d’un soldat resté en arrière des champs de bataille parce qu’il ne pouvait pas discerné l’ennemi de ses compagnons à cause de sa vue.

Voici le premier extrait du journal Le Midi socialiste du mercredi 25 avril 1917 :

 

« Ceci  n’est pas un conte

Pour des lunettes

Le 10 septembre 1916 _ retenez cette date_ un soldat appartenant à une formation sanitaire de G…, désireux de corriger sa myopie, se présente devant un médecin à trois galons, spécialiste des affections des yeux. Le docteur, après l’avoir examiné, lui remet un bulletin de visite ainsi rédigé : « Œil droit_8 dioptries. Œil gauche_8 dioptries. Doit porter des verres ».
Muni de ce bulletin, le soldat court à la Réserve du matériel sanitaire. Là, on lui dit :
_ Votre formation doit prochainement déménager. Nous n’avons pas le temps de faire venir vos lunettes. Adressez-vous à la Réserve du matériel sanitaire de la ville où vous allez être envoyé.
Le 15 septembre 1916, le soldat, qui a changé de garnison, se présente à la réserve d matériel sanitaire  de N… et réclame ses lunettes.
_  Il vous faut un bulletin de visite signé par un spécialiste, lui répond un sous-officier. Le soldat exhibe fièrement le bulletin de visite qu’on lui a remis à G…
Le sous-officier le prend, le lit, le relit, le tourne et le retourne entre ses doigts et finit par dire :
_  Ce bulletin n’est pas valable ! Il doit être signé par un spécialiste de la région.
Le 21 septembre 1916, le soldat obtient de se faire examiner par un spécialiste de la région. Un médecin à trois galons, comme le premier, lui donne un bulletin de visite portant cette fois cette mention :
« Œil droit, _6dioptries. Œil gauche, _ 7 dioptries. Léger astigmatisme. Doit porter des verres. »
Le soldat se préparait à retourner à la Réserve du matériel sanitaire, quand le médecin lui dit avec amabilité :
_  Non, ne prenez pas cette peine ; je vais moi-même demander vos lunettes. Cela ira plus vite.
_ Mais je m’attends, répond le soldat, à être versé d’un jour à l’autre dans l’infanterie et, par conséquent, à changer encore une fois de dépôt.
_ Eh bien ! reprend le médecin, vous me ferez connaître votre nouvelle adresse et je vous enverrai vos lunettes.

Versé dans l’infanterie, le soldat est envoyé à M… Le 10 octobre 1916, il écrit au médecin qui adresse, le 24 du même mois, la réponse suivante : … »

 

Histoire à suivre….