icone-harali

L’Art et les lunettes : la vision de David Harali


  • lunettes-harali-david-1
  • lunettes-harali-david-10
  • lunettes-harali-david-11
  • lunettes-harali-david-12
  • lunettes-harali-david-13
  • lunettes-harali-david-14
  • lunettes-harali-david-15
  • lunettes-harali-david-16
  • lunettes-harali-david-17
  • lunettes-harali-david-18
  • lunettes-harali-david-19
  • lunettes-harali-david-2
  • lunettes-harali-david-20
  • lunettes-harali-david-3
  • lunettes-harali-david-4
  • lunettes-harali-david-5
  • lunettes-harali-david-6
  • lunettes-harali-david-7
  • lunettes-harali-david-8
  • lunettes-harali-david-9


Les créateurs de lunettes appréhendent depuis longtemps déjà la lunettes en tant qu’objet d’art. David Harali, Mohror de son pseudonyme, va plus loin et en fait un support. Dans la série Lumière Obscure, l’artiste a peint les verres des lunettes pour mieux révéler ce qu’elles peuvent cacher.


lunettes-harali-david-6

David Harali est un célèbre photographe et peintre, spécialiste du portrait. Il se fait aussi appelé Mohror.

La série Lumière obscure est une métaphore du regardant/regardé qui s’exprime à travers des représentations oniriques, des visages ou des petits bonhommes.

Mohror peint les verres des lunettes comme pour montrer symboliquement ce qu’elles cachent. Les œuvres ont été réalisées avec la technique du fixé sous verre : David Harali a directement peint l’intérieur du verre en travaillant des couches successives de peinture. Le procédé est délicat puisqu’il faut en quelque sorte peindre à l’aveugle et suivre une démarche inverse à celle de la peinture sur toile.

Mohror transgresse l’objet lunettes et en fait un intermédiaire et un support artistique pour questionner et révéler différentes visions, la sienne et celle des autres.  

La collection est à découvrir au Musée de la lunette de Morez.

(Source : Ministère de la Culture, Joconde, portail des collections des musées de France)